Phebusa
15 Déc 2015

img-une autre idée du silenceDate de parution : septembre 2015.

Auteur : Robyn Cadwallader.

Editeur : Denoël.

Pages : 392.

Angleterre, 1255. À seulement dix-sept ans, Sarah décide de devenir anachorète. Dévouée à Dieu, elle vivra recluse dans une petite cellule mesurant neuf pas sur sept à côté de l’église du village. Fuyant le deuil de sa sœur adorée, morte en couches, et la pression d’un mariage imposé, elle choisit de renoncer au monde – à ses dangers, ses désirs et ses tentations – pour se tourner vers une vie de prière. Mais petit à petit elle comprend que les murs épais de sa cellule ne pourront la protéger du monde extérieur. Une autre idée du silence raconte l’histoire intemporelle d’une femme rebelle, prête à des sacrifices inimaginables pour se libérer des chaînes de la société. Elle enchante et hante le lecteur jusqu’à la dernière page.
bonne lecture
Une bonne lecture

Je remercie Clélia qui m’a conseillé et envoyé ce livre au résumé plutôt déroutant car il change de mes habitudes de lecture. De fait, il s’agit d’un roman qui comporte un intérêt historique puisque nous plongeons dans le passé lointain du XIIIe siècle. Cette immersion dans le passé est d’ailleurs suggérée par la couverture originale qui, grâce à son motif craquelé, rappelle une peinture ancienne.

J’ai apprécié suivre Sarah, une femme retirée du monde, qui pose non seulement des interrogations spirituelles et psychologiques mais aussi des questions très modernes. En effet, elle a décidé s’isoler pour se protéger du monde extérieur, de ses maux et de ses vices. Mais arrivera-t-elle vraiment à y échapper ? Son enfermement va-t-il lui être d’une aide précieuse ?

Le point fort de ce roman est évidemment cette héroïne forte et pleine de volonté qui veut faire changer les choses. Son tourment intérieur a su conquérir mon esprit puisqu’elle pose des questions sur des sujets actuels comme l’égalité et plus précisément la condition féminine. J’ai donc aimé le sens de cette histoire qui ne se contente pas d’être une simple fiction. Elle peut être considérée comme un essai ou encore un témoignage sur l’évolution des mentalités.

Bien entendu, ce livre pourrait ne pas plaire à tout le monde car il y a assez peu d’actions et un contexte religieux et spirituel. Il est quand même question d’une femme recluse qui, en s’accrochant aux images saintes, prie ou chante pour des icônes. Les notions de pêchés, de tentations ou encore de confessions sont aussi abordées, notamment grâce à d’autres personnages que sont les deux servantes et le confesseur de Sarah. Le tout est de comprendre les origines d’un tel choix et donc d’approfondir la psychologie du protagoniste.

En bref, j’ai apprécié découvrir cet univers totalement inconnu qui m’a permis de m’interroger sur le statut de la femme dans la société médiévale. Même s’il est question de religion avec une héroïne recluse dans une cellule, ce livre bien documenté m’a permis de découvrir une histoire intemporelle qui s’interroge sur des valeurs modernes.

Phebusa

 

Du même éditeur

1 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew