Phebusa
23 Mar 2016

img-les-derniers-jours-de-Rabbit-HayesDate de parution : Février 2016.

Auteure : Anna McPartlin.

Editeur : Le Cherche Midi.

Pages : 454.

Quand Mia, que l’on surnomme affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre, même si elle refuse de l’accepter, tout comme ses proches qui assistent, impuissants, au déclin de leur fille, sœur, mère ou amie. Tous sont présents à ses côtés pour la soutenir : Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant ; Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille ; Marjorie, sa meilleure amie et confidente ; et enfin Juliet, sa fille de 12 ans, qu’elle élève seule. À mesure que les jours passent et que l’espoir de sauver Rabbit s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont se construire sans cette femme qui leur a tant apporté. Rabbit est au cœur de ce petit groupe et des préoccupations de chacun de ses membres. Si elle a perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Et Rabbit a quelques idées bien particulières pour leur faciliter la tâche. Mais très peu de temps pour les mettre en œuvre…

Panda excellente lecture
Une excellente lecture

J’ai découvert ce livre grâce au blog de Pretty Books. La couverture m’avait tapée dans l’œil et j’avais envie de lire un livre qui me changerait un peu de mes habitudes. En effet, il est question d’un roman sur la maladie qui semble assez triste au premier abord. C’est donc avec bravoure que je me suis saisie de mon paquet de mouchoirs et que je me suis lancée dans cette aventure sur la mort mais surtout sur la vie.

On sait dès le début de l’histoire qu’il va être question des neuf derniers jours de Rabbit qui est en maison de repos pour des soins palliatifs, puisqu’elle est en train de mourir d’un cancer. Comme on peut l’imaginer, de la famille lui rend régulièrement visite. Ce sont les membres de la famille qui vont constituer l’histoire.

Grâce à ces souvenirs, on va en apprendre plus sur Rabbit mais aussi sur sa fille Juliet qu’elle va laisser à l’âge de douze ans. Cette femme forte, qui se bat pour vivre, écrit même des articles dans un blog pour raconter ce qu’il se passe. Aussi, quelques passages sur la religion nous apprennent que l’héroïne est athée. Sa famille catholique aimerait croire à un miracle et se demande s’il y a un espoir pour elle après la mort… Ainsi, la narration est riche car elle sait mêler plusieurs points de vue et plusieurs sujets existentiels.

C’est un roman qui soulève de nombreuses questions : qu’est-ce que va devenir Juliet ? Comment réagir face à la mort ? Comment l’accepter et faire son deuil ? Comment continuer à vivre malgré tout ? Parce que ce livre ne raconte pas seulement l’agonie de Rabbit. Il parle davantage de la vie qui l’entoure et de la vie qui continue.

J’ai été très émue par cette histoire. C’est le genre de livre qui vous correspondra si vous recherchez des émotions, de la simplicité et un récit sur la vie. Ce n’est pas un roman d’action à proprement dit ni de suspense. J’ai été à la fois impatiente et fébrile de voir défiler les neufs grands chapitres et donc les neufs jours car un terrible compte à rebours est engagé…

En bref, ce roman sur la maladie propose une belle hymne à la vie. J’ai été très sensible à la palette d’émotions proposées par cette lecture !

Phebusa

 

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew