Phebusa
22 Juil 2014

au bout des longues neigesDate de parution : 4 septembre 2014.

Auteur : Jean-Côme Noguès.

Editeur : Nathan.

Pages : 256.

Irlande, 1846. La famine touche durement la famille de Finnian O’Connell, jeune garçon d’une douzaine d’années. Son grand frère Shelagh convainc ses parents d’embarquer avec leur quatre enfants pour le Canada, en quête d’une vie meilleure. Après une traversée difficile, la famille parvient enfin à bon port. On leur attribue, comme à tous les émigrants irlandais qui arrivent en nombre, une concession. Là, ils doivent recommencer leur vie: construire leur maison avant l’arrivée de l’hiver, subsister par tous les moyens, grâce aux ressources de l’immense forêt. Mais les Indiens ne voient pas d’un bon œil ces nouveaux arrivants…
bonne lecture
Une bonne lecture

Tout d’abord, je remercie Nathan pour ce service-presse qui m’a permis de découvrir l’écriture de Jean-Come Noguès, qui n’en est pas à son premier coup d’essai. Ses romans traitent de thèmes de la vie quotidienne, à savoir l’amitié, l’enfance mais aussi l’aventure et la misère.

Dans Au Bout des longues neiges, il est question d’une amitié interdite ou impossible au sein d’un monde hostile. En effet, cette famille irlandaise qui s’installe au Canada n’est pas la bienvenue pour les Indiens qui peuplent aussi cette terre.

J’ai suivi avec plaisir les aventures de Finn et de toute sa famille, même si je regrette le manque d’actions et de suspense. C’est un roman qui s’intéresse plus particulièrement aux sentiments des personnages et à leur vie quotidienne : le voyage et l’arrivée au Canada, les rencontres, les déceptions, etc. pour ne pas en dévoiler plus.

Enfin, je dirai que c’est une histoire qui fait réfléchir sur l’acceptation de l’autre mais aussi sur le droit à une seconde chance. De fait, cette famille reprend tout à zéro et fait en quelque sorte un voyage initiatique au cours duquel on l’aidera ou, au contraire, on lui mettra des bâtons dans les roues. En outre, j’ai aussi apprécié la conclusion de ce roman, même si elle est prévisible.

En bref, j’ai fait un bon voyage grâce à cette épopée familiale, même si je ne suis pas partie bien loin car ce roman est bien trop court ! Ainsi, c’est sans doute une lecture qui plaira aux plus jeunes grâce au vocabulaire très accessible. De plus, l’intrigue est simple et concentrée sur les sentiments des personnages et les réflexions de la vie, et non sur l’action et le suspense.

Phebusa

Alors, avez-vous envie de lire ce livre ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Du même éditeur

11 Commentaires

    1. Marine

      Ce livre n’a rien de passionnant, il est très formaté.
      Le roman « la petite maison dans la prairie » est par contre très intéressant, surtout à ne pas confondre avec la série feuilletonnesque de M. Landon qui est très mauvaise.

  1. Wolfsrain

    Je l’ai reçu également ^^ Je vais attendre de le lire avant de découvrir ta chronique. En tout cas, le résumé me plait bien, je regrette seulement de ne pas avoir assez de temps de libre pour m’y mettre tout de suite.

  2. Anne-C

    J’avoue qu’il ne me tente que moyennement ! Il a l’air sympathique mais en ce moment je n’ai pas forcément envie de ce type de lecture… A voir donc ! Mais ton avis donne quand même envie je dois dire :P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew