Les Gens heureux lisent et boivent du café

lesgensheureuxviventetboiventducafeDate de parution : 2013.

Auteure : Agnès Martin-Lugand.

Editeur : Michel Lafon.

Pages : 253.

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

mitige
Une lecture mitigée
Après avoir longtemps vu cette histoire contemporaine au titre bien curieux en librairie, j’ai fini par m’y plonger !

Dès le début, on est plongé dans le thème difficile du deuil car on revit l’hospitalisation et la mort des proches de Diane. Celle-ci va devoir progressivement se reconstruire, et pour cela, elle se rend en Irlande. Changer d’environnement lui permet de mieux se retrouver et de voir que le monde existe encore autour d’elle.

J’ai apprécié suivre l’évolution de Diane qui est un personnage attachant. Elle va faire de nouvelles rencontres et se lancer dans une amourette prévisible. Je n’ai pas particulièrement accroché à cet homme désagréable. De plus, leur relation frôle les clichés !

Même si le thème abordé est intéressant, j’ai ressenti un goût d’inachevé. De fait, les personnages secondaires sont malheureusement trop peu exploités et la fin est beaucoup trop rapide. Néanmoins, elle a un côté quelque peu réaliste et elle échappe au cliché : ouf !

Heureusement, l’écriture de l’auteure est agréable. C’est un livre qui se dévore en quelques heures ! Par contre, je n’ai pas trop compris le titre du livre, je trouve que c’est un peu tiré par les cheveux. On pourrait facilement s’attendre à autre chose, telle une action qui tourne autour d’un café littéraire, et ainsi être déçu…

En bref, ce livre m’a permis de passer un bon moment de lecture, simple et sans prétention, mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable. Le thème du deuil est bien traité, le style est touchant, mais il y a de trop nombreux clichés et de niaiseries entre les deux personnages principaux.

Phebusa

Bonus-Pheb

– La suite de ce tome vient de paraître sous le titre La Vie est facile, ne t’inquiète pas.

lavieestfacilenetinquietespas

[poll id=’186′]

Cet article a 6 commentaires

  1. ce n’est pas faux pour les clichés même si je trouve que justement la fin est bien car elle évite le cliché 🙂

    1. Oui, ça m’a agréablement surprise ! 🙂

  2. Ce roman me tente mais en même temps j’hésite… Peut-être l’emprunter à la bibliothèque si je le trouve ? 🙂

    1. Ce serait mieux, oui 🙂

  3. Coucou, ce livre me fait envie depuis un bon moment, mais je ne sais pas pourquoi je ne l’achète jamais. Je pense que le jour où il sera dans ma PAL il n’y restera pas longtemps ^^

    1. J’espère que tu l’apprécieras… 🙂