Phebusa
15 jan 2016

 img-the revolution of ivyDate de parution : 5 novembre 2015.

Auteure : Amy Engel.

Editeur : Lumen.

Pages : 322.

Née pour trahir et faite pour tuer… sera-t-elle à la hauteur ?
J’ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L’homme que j’aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d’attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu’une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant… Mais je refuse d’abandonner. J’en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d’agir, enfin.
Bishop me l’avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c’est encore pire. L’hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l’eau, des vivres, un abri. D’autres condamnés avec lesquels m’allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener, purement et simplement, la révolution ?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.
3d-ange-3
Une excellente lecture
Tout d’abord, je remercie Emily et les éditions Lumen pour ce service de presse. C’est avec grand enthousiasme que je me suis plongée dans ce second et dernier tome de dystopie. J’avais eu un coup de cœur pour le début de cette histoire d’amour et de meurtre qui se lit très vite. Cela n’est pas le cas pour cette fin : même si j’ai passé un bon moment, j’en attendais un peu plus !

En effet, le rythme du début de l’histoire est assez lent dans le sens où il ne se passe pas grand-chose. Nous y suivons Ivy qui est davantage spectatrice qu’actrice. Au vu du titre, c’est étonnant car on pourrait s’attendre à ce qu’elle mène une vraie révolution, mais je l’ai trouvée plutôt passive sur ce plan-là. Elle observe simplement les conséquences de ses actes, et ce jusqu’au dernier tiers du livre qui, lui, est rempli de rebondissements et de surprises.

Suite aux événements du premier tome, on se retrouve dans un autre endroit où les héros trouvent de nouveaux alliés. Que ce soit cette partie de l’univers ou l’autre, ce n’est pas plus développé que cela. Ce qui compte, ce sont les personnages, leurs relations et leurs actions. J’ai été touchée par les marques de courage, de confiance ou encore d’amitié que font preuve les protagonistes lors des épreuves difficiles. Et puis, comment ne pas fondre pour le couple formé par Ivy et Bishop ?

J’ai aussi apprécié ce livre pour le sens qu’il délivre. Un questionnement sous-jacent sur le destin, plus précisément la fatalité, est proposé. De fait, il existe une remise en question de cette nouvelle génération, représentée par Ivy et Bishop, qui ne veut pas reproduire les erreurs de leurs ancêtres. Mais quelles seront les conséquences de cette révolution, que ce soit au niveau de leurs gains mais aussi de leurs pertes ?

En bref, malgré un démarrage un peu lent, j’ai dévoré ce dernier tome qui érige de nombreuses valeurs et interroge la notion de la fatalité. Je le conseille davantage aux amateurs de romance qu’à ceux de dystopie car l’univers n’est pas si approfondi que cela. Même si la question de la survie dans un monde hostile est importante dans les deux tomes, on s’intéresse surtout aux décisions des personnages et à leurs relations familiales et amoureuses.

Phebusa

 

Du même éditeur

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew