Cliquez pour plus de chroniques ...
15 juin 2016

Titre : Miss Dumplin.

Date de parution : 4 mai 2016.

Auteure : Julie Murphy.

Editeur : Michel Lafon.

Pages : 376.

Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d’être super slim pour s’assumer. Jusqu’au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l’aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles.

Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit… s’inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates hors normes, Will va prouver au monde, et surtout à elle-même, qu’elle aussi a sa place sous les projecteurs.

bonne lecture
Une bonne lecture

Tout d’abord, je remercie les éditions Michel Lafon pour m’avoir envoyé ce livre dont j’avais entendu parler au Salon de Montreuil, où j’avais eu la chance de recevoir le mug associé. Je vous avoue que j’étais moyennement emballée par ce qui me paraissait être du contemporain jeunesse, synonyme de légèreté et de détente. Finalement, le personnage Willowdean m’a mis de bonne humeur et m’a amenée à me souvenir de la chanson « Big Girl (You are beautiful) » !

De fait, je me suis attachée à cette héroïne maladroite. Elle assume ses rondeurs et fait des réflexions justes dans lesquelles je me retrouvais. Contrairement à ce que l’on pourrait croire au premier abord, elle ne décide pas de perdre du poids. L’histoire se concentre tout simplement sur l’histoire de cette adolescente, grande fan de Dolly Parton que je ne connaissais pas et endeuillée d’un membre de sa famille, Lucy, qui était aussi une personne obèse.

Je pense que les femmes rondes se reconnaitront en Willowdean qui fait face au regard des autres mais aussi à son premier amour. Cela suppose d’aimer son propre corps et d’accepter qu’autrui puisse l’aimer à son tour, ce qui n’est pas simple quand on souffre de complexes. Et bien entendu, c’est un enjeu important et central dans l’histoire car Willow va se présenter à un concours de beauté qui, selon moi, met un peu trop de temps à arriver.

Même si j’ai globalement apprécié l’histoire, certains bémols se sont fait sentir. Tout d’abord, la relation entre Willow et Bo fait partie du déjà-vu et est quelque peu énervante car cela ressemble à du « je t’aime, moi non plus. » Je me suis aussi attendue à la présence d’un autre garçon qui permet de former une sorte de triangle amoureux bien trop prévisible, sans oublier les amies clichées qui ne sont pas toujours aussi sympathiques qu’on ne le croit.

En bref, j’ai apprécié ce roman pour son héroïne touchante et atypique qui permet d’aborder le thème de l’obésité et de la confiance en soi, notamment à une période importante de la vie qu’est l’adolescence. Néanmoins, le récit peu original est constitué de grosses ficelles au niveau de l’intrigue et de quelques stéréotypes.

Phebusa

Du même éditeur

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew