Les Phénomènes de Corneghem – Tome 1

parce que cetait nousDate de parution : novembre 2012.

Auteur : Patrice Michel

Editeur : Atria.

Pages :  214 pages.

Quatrième de couverture :

Héritier d’une longue tradition, Walter Katt a longtemps occupé le poste honorifique de Forestier de Corneghem. À cette époque, il était déjà un véritable homme des bois, mais pas spécialement de ceux dont on fait les héros… Cependant, une formidable rencontre qu’il fit, par un jour de brouillard, modifia le cours de sa vie et changea pour toujours son regard. Depuis, il a appris quelques secrets de Mère Nature et noué de fidèles amitiés avec ses hôtes…
Aujourd’hui, en prenant son air de vieux barde malicieux, il peut conter ce que le vent du Nord lui a soufflé. Accrochée sur le mur de torchis de sa chaumière, une simple et belle planche gravée annonce son état : Conteur Spécialisé – Gardien de la Forêt

bonne lecture
Une bonne lecture
Tout d’abord, je remercie Livraddict et les éditions Atria pour ce voyage enchanteur à Corneghem.

Le livre se compose de manière originale : en effet, il prend la forme d’une succession de contes, racontés par un même conteur dont on suit le parcours. Les différents contes revisitent certains classiques de la littérature fantastique ainsi que des légendes traditionnelles. On y croisera ainsi des vampires, des lutins, des centaures, des sirènes, des fantômes, … Voici les intitulés de quelques contes présents dans ce livre pour vous mettre l’eau à la bouche : La Dame Blanche de Zutebecque, La Tentation du Dragon, Ulysse et la Sirène du Bout du Monde, etc.

Ils délivrent une morale : celui qui agit bien est récompensé et celui qui agit mal est puni. On est donc plutôt dans de la littérature jeunesse avec cette vision manichéenne. Cette impression est confirmée par l’absence de chute dans les différentes histoires, il n’y a pas de grand retournement de situation.

Le style d’écriture est agréable. Le texte est criblé de jeux de mots, notamment au niveau des noms des personnages, ce qui rend cette lecture intéressante pour tout le monde, les jeunes comme les moins jeunes.

Ces contes sont tous resitués dans les alentours de Corneghem, petit village situé entre le Nord de la France et de la Belgique. L’auteur a donc agrémenté ses histoires de petites références à cette région. On a ainsi un personnage qui déclare : « Tu te crois sorti de la caisse de Jupiler » – le Jupiler étant une bière belge – au lieu de dire : «Tu te crois sorti de la cuisse de Jupiter ». J’ai aimé ces références mais je ne pense pas que quelqu’un ne connaissant pas la région du Nord les comprendra. Il lui faudra lire les notes de bas de page.

Des histoires courtes et rapides à lire, adaptées à tous les âges. Un moment de lecture agréable, qui nous permet de redécouvrir les légendes de notre enfance…

Phebusa

[poll id= »63″]

Cet article a 21 commentaires

  1. je ne suis pas très fan des contes, mais j'adore la couverture par contre ! et le nord et moi on est trop loin pour se faire des clin d'oeil mdr

  2. Je ne connaissais pas . Mais pas trop mon style, peut-être plus tard avec loulou plus tard ! ^^
    En tout cas, pour une fois ça se passe près de chez moi, le ch’nord ^^

  3. Je ne connaissais pas du tout mais, une fois encore, tu suscites mon intérêt ! Je pense que ce livre pourrait me plaire, je le note 😀 Merci pour la découverte <3

    1. Avec plaisir ! :p

  4. ça a l’air mignon, la couverture est assez sympa aussi. J’avoue que je ne connaissais pas du tout, du coup merci pour la découverte!

    1. Oui, j’adore la couverture moi aussi !

    1. Oui, ça fait du bien de lire des contes de temps en temps 🙂

  5. Je ne connaissais pas mais je ne crois pas avoir envie de le lire :(!

    1. Ce n’est pas grave, tu jetteras ton dévolu sur un autre livre :p

  6. Malgré ton très bon avis, il ne me tente pas tellement ^^ A voir si il croise un jour mon chemin 🙂 !

  7. Bonjour Phebusa !
    En premier lieu, je vous adresse un grand merci pour votre sympathique chronique !
    Je tiens cependant à préciser que le village de Corneghem n’existe pas. J’ai imaginé ce village typique des Monts de Flandre à la lisière d’un monde oublié. J’ai voulu situer Corneghem et ses Phénomènes à la frontière invisible d’un Autre Monde peuplé de créatures elfiques. Il est vrai que je mets en valeur certaines coutumes flamandes, mais cela ne fait pas de moi un écrivain régionaliste. Je veux ancrer mes histoires dans le réel afin de mieux surprendre le lecteur quand surgit le fait (la fée !) fantastique.
    Je ne revisite pas non plus les contes du Nord de la France. Les personnages de mes romans évoquent des légendes qui, en réalité et sous cette forme, n’existent pas dans la tradition. Tout cela est pure fantaisie (Fantasy !).
    Très cordialement,
    Patrice MICHEL

Laisser un commentaire