Phebusa
29 Oct 2014

hansel et gretel

Date de parution : 15 octobre 2014.

Auteur : Adam Gidwitz, illustré par Nancy Pena et Joseph Vernot.

Editeur : Hachette.

Pages : 249.

La sanglante histoire et le terrifiant destin de H. et G. … … ou la vraie-fausse histoire de Hansel et Gretel (celle que vos parents ne vous raconteront jamais). Vous y trouverez :
* un roi amoureux,
* un serviteur fidèle,
* un dragon redoutable,
* une boulangère mangeuse d’enfants,
* du sang,
* des doigts coupés,
* des têtes tranchées, et vous savez quoi ? Vous allez adorer.
P.S. : Aucun personnage n’a été blessé durant l’écriture de ce roman.
P.P.S. : Enfin… Ils s’en sont bien remis.
P.P.P.S. : Ne pas laisser à la portée de vos petits frères et sœurs. On vous aura prévenus…
bonne lecture
Une bonne lecture

Pour commencer, je tiens à remercier Hachette et Matéïa pour ce service-presse. Je suis fascinée par l’objet-livre qui est composé d’une belle couverture cartonnée et d’illustrations tout au long du roman.

Je ne connaissais que très peu l’histoire de ces deux jeunes enfants, donc c’était l’occasion ! Finalement, ce fut une lecture agréable mais je me demande à quel public ce livre est adressé puisque les contes sont très simples… mais sanglants. En outre, vous remarquerez que je parle de « contes » au pluriel car l’histoire de Hansel et Gretel est constituée de neuf contes liés entre eux.

Au cours de ma lecture, j’ai apprécié les interventions du narrateur – écrites en rouge – tout au long de l’histoire qui, elle, est écrite en noir. Cela donne une certaine vivacité au récit ainsi qu’une touche d’humour car c’est un narrateur cynique et sadique. Néanmoins, il n’en faudrait pas beaucoup plus non plus, car il a parfois tendance à se répéter.

Hansel et Gretel sont deux enfants qui vont connaître de terribles aventures, aussi sanglantes les unes que les autres. Certaines m’ont plu car j’y ai parfois retrouvé un sens, tandis que d’autres – surtout à la fin du livre – m’ont semblé vides ou tirées par les cheveux. J’ai notamment apprécié retrouver le conte avec la sorcière aux bonbons qui est celui que l’on connait le mieux.

Enfin, je terminerai par quelque chose que l’on oublie souvent : les « vrais » contes, c’est-à-dire les contes originaux, n’étaient pas tant que cela destinés aux enfants. Ce sont souvent des contes cruels, que l’on a édulcoré par la suite pour en faire des contes de fées.

En bref, ce livre permet de passer un bon moment de lecture, une lecture idéale pour la période d’Halloween. En effet, si ce sont des contes et que l’écriture est très simple, ces histoires sanglantes ne sont pas à mettre entre toutes les mains ! Mais pour le côté terrifiant, on repassera.

Phebusa

Bonus-Pheb

Alors, avez-vous envie de lire ce livre ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Du même éditeur

10 Commentaires

  1. HanaPouletta

    Je suis d’accord avec toi, c’est sanglant mais pas terrifiant ! Je ne pense pas que ce livre m’aurait fait peur quand j’étais petite (contrairement à Coraline de Neil Gaiman… brrrr)

    Et j’aime beaucoup ta dernière phrase ! C’est vrai que certaines personnes ne s’en doutent pas. Et pourtant…

  2. Ly

    J’avais hésité à le prendre, finalement, cette mode des contes me lasse donc je ne l’ai pas fait! Par contre, cette histoire de narrateur en rouge m’intrigue ! J’aimerai bien voir ce que ça donne ^^

  3. Mathilde

    Il me tente beaucoup celui ci ! De toute façon, quand ça parle de conte, moi j’adore ^^ ! Autant les version Disney où tout est rose que les vraies versions, plus sombres (j’adore notamment la véritable histoire d’Ariel ^^)

  4. alombredunehistoire

    Ouiiiii !!
    Contes ? Check !
    Réécriture de contes ? Check !

    Qu’est ce que je peux demander de plus pour me lancer dans cette lecture ?!

    En plus s’il y a des interventions du narrateur à côté, ajoutant une touche d’originalité, je signe tout de suite ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew