Cliquez pour plus de chroniques ...
21 mai 2014

kotoriDate de parution : 2013.

Auteures : Samantha Bailly (texte) & Shigatsuya (illustration)

Editeur : Nobi nobi !

Pages : 48.

Dans une lointaine contrée vit un vieillard nommé Yûjirô. Un jour de promenade dans la forêt, il découvre un moineau blessé. Bien décidé à le sauver, Yûjirô le ramène dans la maison qu’il partage avec son épouse afin de lui prodiguer tous les soins nécessaires. Il baptise le petit rescapé Kotori, et une très belle amitié se noue rapidement entre l’homme et l’oiseau. Néanmoins, possessive et jalouse, l’épouse de Yûjirô ne voit pas le nouvel arrivant d’un très bon œil…

3d-ange-3
Une excellente lecture

Je ne lis pas souvent de contes ou d’albums dédiés à la jeunesse, mais je me suis procurée celui-ci puisque le texte a été rédigé par Samantha Bailly, une auteure française que je suis avec plaisir. Kotori, le chant du moineau est l’adaptation d’un conte japonais nommé « Le Moineau à la langue coupée ».

J’ai eu le plaisir de le lire à une petite fille de dix ans qui a adoré l’histoire et les images. Quant à moi, j’ai apprécié la richesse de ce conte qui m’a fait voyager. Par exemple, j’ai découvert la danse des moineaux, une chorégraphie traditionnelle japonaise, qui est une danse inspirée du battement d’ailes des moineaux. A ce propos, il faut savoir que le moineau est un symbole culturel de richesse, d’intelligence, de générosité et bien d’autres choses bénéfiques.

Dans cette adaptation, il s’agissait de reprendre l’essence du conte et la spécificité de sa culture. Challenge réussi ! En effet, même si Samantha Bailly ne collabore pas directement avec les illustrateurs (source), le texte et l’illustration se complètent avec finesse.

Enfin, que dire des illustrations si ce n’est qu’elles sont splendides ? D’ailleurs, en fin d’ouvrage, vous retrouverez les coulisses de l’album sur une double page. C’est une bonne idée qui permet de découvrir les étapes de la création.

En bref, c’est une adaptation de conte japonais dans lequel la cruauté du conte originel passe tout en douceur. Le scénario est réussi et la mise en page est très soignée, rien de mieux pour enchanter le lecteur, qu’il soit jeune ou non. En plus d’un voyage culturel et d’un plaisir visuel, cette histoire pose des questions sur les personnages qui ne sont ni entièrement gentils, ni entièrement méchants.

Phebusa

Bonus-Pheb

– Le conte en images.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

– Un autre conte illustré dont le texte est aussi de Samantha Bailly :

la princesse au bol enchanté

Alors, avez-vous envie de lire ce livre ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

9 Commentaires

  1. HanaPouletta

    Je me laisserai peut-être tenter, j’ai lu deux albums de cette maison d’édition (Le cadeau des fées et Dans le secret des fées) qui me semble éditer de très jolies choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew