Phebusa
16 juil 2015

invisibilitéDate de parution : 11 juin 2015.

Auteurs : Andrea Cremer & David Levithan.

Editeur : Michel Lafon.

Pages : 432.

 

Stephen est invisible depuis toujours.

Une malédiction impossible.

Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.

Elle seule peut briser le sort.

Au risque de les séparer à jamais.

bonne lecture
Une bonne lecture

Je remercie Noémie des éditions Michel Lafon pour m’avoir envoyé ce livre de genre fantastique, orné d’une magnifique couverture. En plus, j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer Andrea Cremer, l’auteure du Secret de l’inventeur, au salon du livre de Paris. Même si j’ai apprécié la lecture de ce livre qu’elle a co-écrit avec David Levithan, j’ai largement préféré son roman de steampunk !

Dans ce livre, nous découvrons Stephen qui est un jeune garçon invisible depuis qu’il est né, jusqu’au jour où Elizabeth le voit. Vont-ils réussir à rompre la malédiction et à quel prix ? J’ai aimé le thème peu commun de ce livre et les personnages qui sont chacun bien travaillés.

De fait, je ne voudrais pas être à la place de Stephen qui, en tant qu’être invisible, a toujours connu une vie de solitude. J’ai ressenti beaucoup de compassion pour son aventure difficile. Quant au personnage d’Elizabeth, il connaît une évolution plutôt sympathique.

Néanmoins, si la romance entre ces protagonistes est mignonne, elle n’échappe pas au coup de foudre hollywoodien qui peut sembler trop facile. Je pense qu’il faut lire ce roman sans trop en attendre car, tout comme le développement du thème fantastique, il y a des choses peu crédibles. Mais cela ne m’a pas gênée plus que cela !

L’univers construit est intéressant et surtout dangereux. Pour rester vague, il est question de magie, de malédictions et donc d’une sorte de sorciers. D’ailleurs, certains éléments auraient pu être davantage exploités… C’est aussi mon sentiment vis-à-vis de la fin, stressante pour le lecteur et quelque peu surprenante, qui m’a déçue car selon moi, elle n’a pas été au fond des choses. J’aurais voulu que ce soit autrement.

Enfin, je soulignerai l’écriture poétique de ce roman à quatre mains puisqu’Andrea Cremer a écrit les chapitre d’Elizabeth et David Levithan ceux de Stephen. C’est un duo qui fonctionne bien.

En bref, ce roman développe une intrigue magique qui n’échappe cependant pas à une certaine simplicité. L’histoire d’amour est émouvante et le rythme endiablé, mais je ne suis pas sûre d’en garder un souvenir impérissable. Il ne faut donc pas trop en attendre !

Phebusa

Alors, avez-vous envie de lire ce livre ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Du même éditeur

5 Commentaires

  1. bea285

    J’ai eu du mal à adhérer à la romance, que j’ai trouvé trop rapide. Donc peu crédible. Le roman est sympa et se lit bien, surtout que le côté malédiction est vraiment bien amené!

  2. Fille-de-lecture

    On a à peu près penser la même chose de ce livre.
    Le thème est très original et les concept de lanceurs de malédictions, chercheurs de sorts sont agréables à découvrir mais ils manquaient d’informations et sont peu utilisés.
    L’histoire d’amour est tellement irréaliste et elle prend trop de place.
    Mais ce livre se lit bien quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew