Phebusa
12 Juil 2016

Titre : Hanako, fille du Soleil levant.

Date de parution : 15 juin 2016.

Auteure : Elodie Loch-Beatrix.

Editeur : Milan.

Pages : 256.

Des ancêtres japonais, c’est sympa… tant qu’on ne vous oblige pas à faire de l’ikebana ! Hanako a d’autres envies comme passer du temps avec ses amis, Adam et Chloé, ou savoir ce que lui veut Matt, un beau lycéen. Mais tout se complique lorsque son père lui interdit de toucher à une mystérieuse boîte…. Le secret qu’elle contient pourrait bien bouleverser toute sa petite vie !

Panda excellente lecture
Une excellente lecture

Tout d’abord, je remercie Elodie de m’avoir envoyé son roman imprégné de culture japonaise. Même si c’est du jeunesse, j’étais curieuse d’en savoir plus et de plonger dans cette histoire dont l’intrigue tourne autour d’une mystérieuse boîte dont la jeune fille souhaite découvrir le contenu.

Je me suis attachée à Hanako, l’ « enfant fleur », qui rentre en quatrième. On découvre les intérêts d’une adolescente ordinaire : la danse, les amours, les tchats, etc. C’est d’ailleurs à cet âge que la relation entre les parents et l’enfant peut se compliquer. Des tensions se créent autour d’un art floral japonais, l’ikebana, dont Hanako ne souhaite pas entendre parler.

Néanmoins, elle va quand même assister à quelques cours qui nous font découvrir beaucoup de choses et ce grâce à des dialogues simples et accessibles pour les plus jeunes. J’ai aussi apprécié les termes japonais dans le récit tels que kimono, kendo, katana et ceux qui nommaient chaque chapitre : « hasami » pour ciseaux japonais, « kiku » pour fleurs de chrysanthèmes, etc., l’explication de leur étymologie ainsi que les quelques références au monde d’Harry Potter.

Si le début du récit est assez simple et conventionnel avec le cliché de la fille populaire et le tournant du béguin pour un jeune sportif, la seconde partie vaut le détour ! En effet, l’intrigue se complexifie autour des secrets familiaux qui n’ont pas manqué de me surprendre. Je garderai un bon souvenir de cette lecture.

En bref, j’ai apprécié cette lecture jeunesse emplie de culture japonaise qui traite de l’enquête d’une jeune adolescente sur ses origines.

Phebusa

Du même éditeur

3 Commentaires

  1. La Fête des mots

    Haa, j’ai vu que tu l’avais acheté. Et j’ai craqué de mon côté. Tu sais à quel point j’aime le Japon. Rien que ça, c’est un argument. Bref, il est dans ma PAL. Ta chronique me rassure. Merci pour ton avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


© Copyright 2014 - phebusa - Design by Matthew